Actualités | Informations | Annonces

  • patrick-pin-belcodene-1.jpg
    Patrick Pin, maire de Belcodène
  • patrick-pin-belcodene-2.jpg
  • patrick-pin-belcodene-3.jpg
  • patrick-pin-belcodene-4.jpg
    L’entrée de Belcodène
  • patrick-pin-belcodene-5.jpg
  • patrick-pin-belcodene-6.jpg

Rencontre avec Patrick Pin, maire de Belcodène.

dans Actualités/Personnalité par

Patrick Pin siège à la mairie depuis 1989, d’abord il a siégé en tant qu’adjoint, puis en tant que maire de la commune, élu en 1995, sous l’étiquette Divers Gauche.
Patrick Pin maire reçoit l’Echo du canton d’Allauch dans son bureau en mairie.

Il est le 5 ème maire qui reçoit l’Echo après Michel Lan (La Destrousse), Serge Perottino (Cadolive), Jean-Pierre Bertrand (Plan-de-Cuques), Danièle Garcia (Auriol) sur les 10 communes qui constituent le Canton d’Allauch. Les interviews sont publiées le Samedi sur l’Echo du Canton d’Allauch, chaque habitant peut découvrir les communes de son Canton. L’interview du maire de la Bouilladisse est prévu fin avril.

La commune ? Belcodène, à 5km de la Bouilladisse est un joli village perché sur une colline.

Le maire explique : «Le village était constitué de 2 groupes de maisons, les Hautes Bastides, et les Basses Bastides, où se trouve la mairie. Le blason de la ville est un lion doré sur Fond Rouge, c’est le Lion de la famille Sabran. Belcodène compte aujourd’hui 2000 habitants sur 1300 hectares soit 13 km2 ».
Face à la mairie, la campagne.

« Belcodène est un village qui offre une qualité de vie, au point de vue environnemental et au point de vue prestations. Bien que non soumis au quota des logements sociaux (communes de moins de 3500 habitants), la municipalité a prévu 6 logements et un local commercial dans des bâtiments communaux qui ont été réhabilités, explique le maire.

Nous avons ainsi embelli le centre du village. La mairie loue elle-même. Nous n’avons pas de crèche, mais nous avons une école qui accueille 16 élèves, maternelle et élémentaire. La garderie péri-scolaire est gratuite. Ensuite les élèves vont au collège de Fuveau, puis au lycée de Gardanne.
Le cimetière a été agrandi, on a lancé un appel d’offres pour l’accessibilité du chemin qui mène au cimetière et pour le réseau d’eau pluviale afin de régler les problèmes de ruissellement. Les problèmes qui se poseraient aux administrés dans le cadre du CCAS sont réglés en mairie, car nous sommes une petite commune. »

Les associations ?

«Il y a des associations très actives, le tissu associatif est dense, par rapport au nombre d’habitants : Le Club des anciens, l’Association sportive et culturelle, la Société de chasse, le Tennis club avec ses 3 courts, Le Cercle du progrès, La Commissions des Fêtes, la Médiathèque, le 14 juillet est notre Fête du village. Le CCFF compte 28 membres très impliqués dans la protection de la forêt, un groupe de jeunes a rejoint les anciens ce qui prouve la motivation de tous, et cela va permettre le passage des connaissances, des gestes éco-citoyens, un travail intergénérationnel oeuvrant pour la défense de notre patrimoine, sur notre commune. Le Roumavage, c’est une fête traditionnelle le lundi de Pâques, les bergers se retrouvaient avant l’Estive, et mangeaient la côtelette. Nous faisons perdurer la tradition, à l’Hermitage, à l’ancienne chapelle de Belcodène qui jouxtait le cimetière et nous nous retrouvons chaque année autour d’un repas.

Nous faisons partie du CT4, Conseil du Territoire d’Aubagne et de l’Etoile.

La métropole à terme va remplacer les mairies et le département. Le projet du Val-tram qui avait été lancé après concertation des élus et des habitants, prévoyait d’utiliser la voie ferrée de Valdonne pour amener/ramener les gens sur Aubagne, il devait desservir toutes les petites communes. Ce projet avait été validé par Ségolène Royal, il avait été budgétisé, il y avait les fonds nécessaires. Il a fallu 10 ans pour finaliser ce projet. Aujourd’hui le côté environnemental est oublié, le projet tombe à l’eau. Les raisons invoquées ? C’est trop cher, il ne concerne que l’Est du département, ce n’est pas un projet métropolitain. Mes collègues maires de tous bords politiques, et moi-même n’avons pas compris la décision, nous sommes déçus, mais aussi en colère : presqu’une douzaine de communes sont concernées. Il faut noter que le PLU -Plan local d’Urbanisme- des communes a été prévu, décidé en tenant compte de la présence du Val Tram. Un lycée avait été prévu à la Bouilladisse, ainsi qu’une ZAC, tout cela desservi par le Val Tram. Dans chaque commune on avait prévu des parkings- relais. Tout avait été pensé, prévu, conçu pour que les entreprises et les gens viennent s’installer le plus confortablement possible autour de ces dessertes, avec l’assurance de pouvoir bénéficier des services du Val-Tram.

L’entrée de Belcodène
L’entrée de Belcodène

À la place du Val-Tram on propose une navette auto-routière, de la Ciotat à Aubagne, Aix, qui roulera dans le trafic normal, avec tous les aléas de la circulation, les embouteillages etc. Ce Métro-Express n’est qu’un bus, cela ne convient pas aux déplacements locaux des habitants qui doivent respecter des horaires. Les citoyens devront se garer sur l’autoroute, mais, ajoute le maire, quand vous êtes sur l’autoroute, vous restez dans votre véhicule et vous continuez jusqu’à destination. Le Val-Tram devait être gratuit car payé par le CT4. Madame Sylvia Barthélémy, la présidente, va lancer une consultation téléphonique pour demander l’avis des populations et des maires. »

2020 ?

« À priori, si tout va bien du côté personnel, c’est-à-dire si la santé va bien, je me représente, dit Patrick Pin, je serai candidat à ma succession.»
Patrick Pin, bien que déçu par l’abandon du Val-Tram, se représentera, il espère toujours le Val Tram qui assurerait une meilleure desserte de toutes les communes dont la sienne. Un maire qui défend sa jolie commune et les intérêts de ses administrés.

Tags:

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*