• andre-jullien-maire-bouilladisse-1.jpg
  • andre-jullien-maire-bouilladisse-2.jpg
  • andre-jullien-maire-bouilladisse-3.jpg
    La route qui traverse la commune. 35 000 véhicules l’empruntent chaque Jour.

Rencontre avec André Jullien, maire de la Bouilladisse, prêt à défendre sa commune, contre l’abandon du Val Tram

dans Actualités/Personnalité/Politique par

André Jullien a rejoint l’équipe majoritaire du conseil municipal de Francis Péllissier, en 1977. L’ancien édile communiste était Géomètre à la mine. André Jullien fut nommé adjoint sports culture éducation en 1983. Aussi on peut dire que sa commune, il la connaît.

André Péllissier en cours de mandat décida de s’arrêter, et proposa à André Jullien de le remplacer, il y a donc 20 ans que celui-ci gère la commune «avec une équipe de personnes compétentes qui assument bien leur délégation.»

André Jullien,a travaillé à la Sécurité sociale à la rue Georges à Marseille, au service informatique : «J’ai mis en pratique l’ expérience acquise au sein du service gestion, dans ma profession pour gérer ma commune. Je n’ai jamais eu d’étiquette politique, je n’ai pas voulu en avoir. Mon conseil est composé de personnes de tous bords, et des indépendantes non encartées.

Historique : Commune créée par décret présidentiel en 1880

La commune n’est indépendante que depuis 1880, nous étions à l’origine un quartier d’Auriol, poursuit le maire. Les villageois se sont battus 6 ans pour que le quartier de la Bourine, le plus peuplé à l’Est, devienne une commune. L’axe principal que nous connaissons existait mais était peu fréquenté. Le nom de la Bouilladisse vient du nom d’un ruisseau qui jaillissait en bouillonnant, les gens appelaient ainsi ce lieu. L’essentiel de la commune se situe près de la Destrousse, le long de la route, ensuite nous avons de vastes territoires boisés. L’église a été édifiée en 1912, elle dépend donc du diocèse. La première école du village fut une école religieuse, elle était abritée dans les bâtiments d’une ancienne usine de soude, là où se trouve le centre Culturel Communal. La commune compte aujourd’hui 6100 habitants, sur 1600 hectares, dont la moitié d’espace boisé est classée.

Dans la salle des mariages, se trouvent de belles peintures naïves de JF Canepa, Jean Lyon, datant de 1933, année de l’édification de la mairie. Ces tableaux retracent la vie à l’époque, avec des lieux reconnaissables, des scènes de la vie du village

Vie associative, que faire à la Bouilladisse ?

La commune possède de nombreuses associations, le Centre Culturel Communal propose des activités diverses. (voir le précédent article publié dans l’Echo du Canton ndlr), une belle médiathèque, qui est un outil extraordinaire, avec des postes informatiques, 80 % de la population la fréquente. En ce moment il y a une belle exposition.

L’Association Sportive, compte 1200 adhérents dans une douzaine de disciplines, la commune possède un stade, des courts de tennis. La population participe volontiers aux diverses activités et manifestations, les bénévoles sont nombreux, efficaces, dévoués. Nous mettons à disposition des installations pratiques, confortables, agréables, adaptées et entretenues, donc les habitants sont prêts à intervenir. Nous facilitons la vie et les interventions des bénévoles. L’école de musique guitare, piano, percussion, violon, est très fréquentée.

La route qui traverse la commune. 35 000 véhicules l’empruntent chaque Jour.

De l’enfance à … la sécurité

Nous avons une crèche de 40 berceaux, on a une liste d’attente, mais nous travaillons aussi avec des réseaux d’aides maternelles.
Les écoles élémentaires accueillent 600 élèves, maternelle primaire, ensuite les élèves vont au collège de Roquevaire, et au lycée d’Aubagne, de Gardanne, d’Aix en Provence.
Le CCAS fonctionne très bien, avec des missions auprès des seniors, et des missions auprès des jeunes : l’été nous assurons le mercredi un transport en car qui dessert aussi 2 autres communes pour que les jeunes puissent se rendre à la plage.

Quant au cimetière, le petit colombarium a été agrandi, on peut réserver une concession comme une tombe, renouvelable au bout de 30 ans. Nous disposons pour les administrés de tombeaux de 4 et 6 places, de 30 et 50 ans de durée, renouvelable. Les personnes intéressées peuvent se rapprocher de la régie des cimetières à la police municipale, qui compte 5 policiers et 1 ASVP. La commune s’équipe de 20 caméras de surveillance.»

Un maire décidé face à l’abandon du projet du Val Tram

« Nous sommes dans une zone de pavillons, avec des jeunes couples de cadres. Des années ,la commune est classée commune carencée, d’autres années non. On a un projet en centre-ville de 60 logements sociaux, et au quartier de la Chapelle, sur 13 hectares, 350 logements, et un lycée pour les lycéens du secteur. L’aménagement de tout le secteur a été pensé, prévu autour de l’arrivée du Val Tram, si celui-ci n’est pas réalisé, que devient le projet de la commune, projet métropolitain? Sur les 13 hectares, 5 à 6 sont déjà acquis, une partie équivalente doit faire l’objet d’une déclaration d’utilité publique.

L’établissement foncier PACA achète et met à la disposition des constructeurs. L’établissement doit faire l’objet d’une DUP. Si le projet du Val-Tram qui fait partie intégrante du projet de l’éco-quartier de la chapelle ne devait pas voir le jour, toute DUP concernant l’acquisition des terrains soit par la métropole, soit par l’établissement foncier PACA serait attaqué par la Commune , car on ne se donne pas les moyens de réaliser un quartier avec toute la viabilité nécessaire. » déclare André Jullien, déçu et en colère.

Si le Val-Tram est supprimé, car certains n’en voudraient pas… Le projet de ré-urbanisation par la métropole va s’effondrer. La commune de la Bouilladisse va se défendre.

«Depuis 1945, la commune n’a connu que 3 maires précise André Jullien : Isidore Gautier 1945, 1971, Francis Pélissier 1971, 1998, et moi, ce qui assure à chaque fois, une continuité, une stabilité. Pour les 100 ans de la commune, nous avons édité un livre avec l’Histoire de la Bouilladisse.» Cela peut intéresser les nouveaux habitants désireux d’en savoir plus sur leur commune. Le passé éclaire l’avenir.

L’arbre de la Liberté, planté pour le bi-centenaire de la Révolution fait face à la mairie.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*