• jp-bertrand-macron-1.jpg
  • jp-bertrand-macron-3.jpg
  • jp-bertrand-macron-2.jpg
    La Mairie de Plan de Cuques avec le mur en trompe-l’œil et le buste de Mireille

J.P. Bertrand, maire écrit à E. Macron, président

dans Actualités/Politique par

Cri d’alarme de Jean-Pierre Bertrand, maire indigné et déçu, dans sa lettre adressée aux membres du gouvernement et aux médias.

Devant sa mairie, un maire indigné, mais souriant et décidé.

Dans la région , on ne présente plus Jean-Pierre Bertrand, maire de Plan de Cuques depuis 1989, ardent défenseur de sa commune qui compte 12 000 âmes, et qui reçut la décoration de l’Ordre de Légion d’Honneur par le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin. Jean-Pierre Bertrandfut un citoyen engagé il y a plus de 30 ans, face à un taux d’imposition trop élevé sur la commune où il demeurait, et maire, il s’engage aujourd’hui face aux réformes de l’Etat.

Jean-Pierre Bertrand a reçu l’Echo pour lui expliquer les raisons de la lettre qu’il vient d’envoyer au président de la République, Emmanuel Macron. Le maire de Plan de Cuques depuis 1989, vient d’envoyer une lettre en 1500 exemplaires, au Président de la République, aux ministres, aux députés, sénateurs, au président de l’Union des maires des Bouches du Rhône, Georges Cristiani, au secrétaire général de l’union des Maires des Bouches du Rhône, Serge Perottino.

Avec cette missive, il veut attirer l’attention de tous sur les injustices dont sont victimes de nombreuses communes.

Il y dénonce une différence de traitement.

«Je veux bien me noyer, mais pas sans crier». répète le maire.

Je fais partie des maires qui connaissent bien les finances, j’ai redressé avec mon équipe les finances de Plan de Cuques. Depuis 30 ans, j’ai acquis une expérience et une connaissance globale des contraintes qui sont imposées aux collectivités territoriales, et plus particulièrement à certaines communes.
Sans raisons, sans explications, certaines communes sont plus impactées que d’autres, nous ne comprenons pas le pourquoi de cette différence de traitement entre communes françaises. On voit que des communes sont mieux traitées, mieux considérées que nous.

De 149 € à 19 000 € par habitant : une disparité incroyable d’une commune à l’autre !

Prenons un exemple, ma commune, Plan de Cuques, celle-ci perçoit par habitant la somme de 149 € ( ex TP- taxe professionnelle- et T.F taxe foncière- ) alors que d’autres communes reçoivent jusqu’à 19 000 € par habitant ! Cela semble incroyable.

On voit bien que cette situation entraîne d’énormes différences financières pour les budgets communaux. La présence d’entreprises sur une commune permet d’obtenir des sommes qui peuvent être considérables. Les petites villes de France, qui devraient être aidées en raison du manque d’entreprises sur leur territoire, sont en fait pénalisées. Ces communes, qui sont pauvres sur le plan financier, sont ponctionnées par des baisses totalement injustes.

Elu maire, en 1989 de la commune la plus endettée, la plus imposée de France, dette zéro en 2005 ! Tableau, pendant le dernier conseil municipal du 12 avril.

Etre vertueux ne servirait-il donc à rien ? s’indigne le maire

Les communes les plus vertueuses qui font très attention aux orientations budgétaires et aux finances publiques ne sont pas considérées. Elles perdent presque toutes les dotations et les compensations fiscales de l’Etat.

Depuis 1989, notre commune a dû et su redresser ses finances, nous avons pu avoir un budget équilibré, en gérant avec une très grande rigueur, en examinant chaque poste. Nous avons agi en bons pères de famille, en faisant des choix, en pratiquant la maîtrise des dépenses, l’auto-financement. Finalement, on pourrait nous le reprocher ?

« Faut dépenser… faut dépenser… » se demande le maire

On peut s’étonner, précise Jean Pierre Bertrand, de voir que les communes qui augmentent la pression fiscale sur les familles, sur les citoyens, bénéficient d’aides supplémentaires – cela s’appelle l’effort fiscal- que j’appelle moi la facilité fiscale.

J’ai d’ailleurs exposé cela à mes collègues dans un colloque.

Si les communes s’en sortent, en faisant des économies sur certains postes pour avoir un budget équilibré, on les pénalise ? C’est la question qui se pose.»

Jean-Pierre Bertrand, par son courrier, veut alerter le gouvernement, les médias mais aussi tous les citoyens sur ces injustices, sur l’importance du budget et des aides de l’état.

« Qu’une commune soit vertueuse et qu’elle soit pénalisée, et que l’on aide celles qui dépensent trop, reste incompréhensible. »

Les lettres ont été envoyées ce mardi 24 avril 2018. Un autre envoi contenant la même missive devrait s’adresser aux médias.

« Pourquoi ces disparités ? » se demande le contribuable. Il ne fait aucun doute que l’action du maire ne restera pas ignorée par les édiles des communes qui partagent ses soucis. À Paris qu’en sera-t-il ?

La Mairie de Plan de Cuques avec le mur en trompe-l’œil et le buste de Mireille

Face à l’Etoile s’étale Plan de Cuques, dans la vallée du Jarret, entre les collines d’Allauch à l’Est et celles de Château Gombert à l’Ouest

8 Comments

  1. Vous êtes précieux pour notre commune!! merci Monsieur note Maire, native de Plan de Cuques, je souhaite que notre qualité de vie perdure. Votre coup de gueule!! bravo

  2. Merci Monsieur le Maire pour tout ce que vous faites et tout ce que vous avez fait pour plan de cuque vous avez redresser les finances cela n’est pas rien vous avez fait de notre commune un havre de paix et de tranquillité encore merci

  3. Il ne faut pas oublier non plus notre super club de hand qui est remarquer et remarquable dans toute la France avec une équipe en D2 excellente

  4. C’est bien monsieur le Maire .
    Vous avez le mérite au moins d’avoir fait ce courrier mais malheureusement je crains fort que ce soit sans suite .

  5. oui oui mais tous ont voté Macron , les heures noires sont là !..pression fiscale maximun sur les contribuables …des taxes à gogo et le mépris en plus !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*