Diminution de l’allocation funéraire pour les parlementaires, leurs conjoints, leurs enfants: l’avis de notre député François Michel Lambert

dans Actualités/Economie/Politique/Société par

Revue de presse du samedi 17 mars


Frais d’obsèques : un montant de 573 000€ pour l’assemblée en 2017 . Photos MRN

Comment y échapper ? On ne parlait que de cela depuis le 17 mars. La Nouvelle fit grand Bruit sur les réseaux sociaux le samedi 17, tous les medias, journaux et magazines reprirent ce qui avait été proposé/décidé à l’assemblée Nationale et qui fut révélé par France Inter le 16 mars. Des frais d’obsèques sont réglés, en 2017 pour un montant de 573 000€ pour l’assemblée, soit environ (8400€ par personne décédée soit environ 3 mois de pension pour financer les frais) et 967.000 euros pour le Sénat. (17.000 € par personne). La somme pouvait s’élever jusqu’à 18255 €.

Une chose que les citoyens ignoraient, et qui, au lendemain de l’augmentation de la CSG fit mal à tous : le remboursement des frais d’obsèques des députés, et des sénateurs, en exercice ou retraité, et de leurs conjoints, et de leurs enfants à charge. On annonçait une baisse de l’allocation funéraire.

Pour ceux qui souhaiteraient calculer les dépenses sur 44 ans, depuis 1974, date à laquelle paraît-il le budget de la France a commencé à être en déficit, 573 000€ + 967 000 € = 1 504 000 € pour 2017, cela ferait donc une somme de 66 176 000€ sur 44 ans de frais d’obsèques, à moins que nous nous trompions. Bien sûr, on peut répondre que le budget du Sénat en obsèques a été moindre en 2016, et qu’il y a bien longtemps, c’était en francs. Donc il faudrait avoir les chiffres exacts pour calculer.

La diminution à 2350 € se rapproche des tarifs des règlements du Parlement européen.

Il y a peu, François Ruffin (F.I.) fit une belle allocution au micro de l’assemblée nationale pour sensibiliser ses collègues au sort des techniciennes de surface, pour défendre la situation des femmes de ménage de l’assemblée, « grâce à elles tout est propre, chambres, bureaux, toilettes, et .cet hémicycle), elles ne font pas partie du personnel de l’assemblée, elles perçoivent un salaire qui est 10 fois moins important que l’indemnité de député, et cependant si tout est propre et net, c’est grâce à elles. » L’Assemblée pourrait les embaucher , combien d’emplois de femmes de ménage pour 1 504 000 € ?

De 18 255 € à 2350 €

La diminution des frais d’obsèques ramenant la somme à 2350 €, néanmoins l’allocation pourra être supérieure, sur présentation de Justificatifs) a été annoncée par France Inter, information reprise samedi et dimanche deniers par divers journaux et magazines de tous bords, Marianne et Le Figaro ! le Parisien , et divers quotidiens de la PQR, et d’autres média. Il fut difficile d’échapper à ces informations.

Les français ont donc appris avec stupéfaction que les députés, les sénateurs, pendant la durée de leur mandat au service de leurs électeurs, ou les retraités donc non ré-élus, voient, (ou plutôt ne voient pas, ajouterait-on avec humour), leurs frais d’obsèques réglés par l’Assemblée. (Chambre Haute : le Sénat- et Chambre Basse.)

Le gouvernement du Président de la République et une nouvelle génération de députés jeunes qui veulent agir ont décidé d’abolir ce «système inique, ce système délirant » dénoncé par Marianne samedi dernier dans son article. Comment l’état peut-il payer sur son budget, c’est-à-dire sur le montant des impôts, les obsèques de personnes qui ont certainement les moyens de les régler, et surtout, ce qui a été très mal perçu… comment l’état peut-il prendre en charge les obsèques des enfants à charge et des conjoints ?

Là, la France ne comprend plus.

L’Assemblée n’est pas allée au bout du raisonnement d’exemplarité, elle a diminué par environ 7.7 la somme allouée au défunt, mais cette allocation funéraire est toujours réglée pour les obsèques du conjoint ou pour les obsèques des enfants du député ou de l’ancien député.

Là, la France ne comprend toujours pas.

Si on demande quelques tarifs dans les officines de pompes funèbres**, – voir plus bas- des frais d’obsèques s’élèvent à des sommes variant entre 3000 et 8000 €…. Le citoyen s’endette parfois/souvent/ pour régler les obsèques.

À la lecture des articles, le citoyen est resté pantois.

Pour un montant qui peut d’élever à 18 255 € par enterrement de sénateur, cela représente un beau budget, qu’on peut qualifier de luxueux à une ’époque où on parle de cercueil en carton dans un souci écologie, d’incinération, ou même de cercueil en rotin (mais oui, pour les obsèques du frère de Lady Diana).

« Pourquoi a-t-on laissé perdurer cet avantage, depuis quand la France règle-t-elle les obsèques d’un conjoint, d’un enfant ? Et surtout pourquoi des frais d’obsèques pour des parlementaires à la retraite? » se demandent les citoyens.

«En clair, l’argent public finance les obsèques des députés et sénateurs, écrit Caroline Piquet dans son article paru sur le site du Figaro, elle poursuit : pour l’assemblée : 538.693 euros ont été versés pour financer les obsèques de 77 personnes, députés, ex-députés, conjoints, selon le dernier rapport des comptes de l’Assemblée nationale. Soit 7000 € par individu. Au sénat, en 2016, 53 anciens sénateurs et conjoints, ainsi que 4 élus en exercice sont décédés. Soit un plus de 900 000 €. »

Là, la France ne comprend plus.

L’Assemblée est heureuse, avec la baisse décidée, elle va faire presque 400 000 € d’économies, le forfait ne s’élèvera plus qu’à 2350 € per capita.
Alors qu’on dénonce des avantages de personnes gagnant 1400 € par mois, les citoyens eux ne comprennent pas que cet avantage n’ait pas été aboli depuis longtemps par l’Assemblée, et que les membres de la famille puissent encore en bénéficier dans la nouvelle réforme. «C’est inélégant. » ont dit des citoyens.

Les premières réactions des parlementaires sont mitigées. Mr René Rosière, ex- député, spécialiste des dépenses de l’état, l’aurait appris par un journaliste, et a avisé l’Amicale des Anciens députés : «Cela concerne 1800 personnes en France.» dit-il.

Un député dit que les gens ne s’engageront plus en politique : «Cela n’intéressera plus. Personne n’osera se présenter, si le député perd ses/ces avantages.»
La mission de représenter les citoyens de son pays, d’agir pour eux, en leurs noms à tous, la tâche de décider et d’améliorer les lois de la République, l’attrait pour la Res Publica, attirent tout de même de nombreux candidats et candidates.

D’après le Parisien du 19 mars, la baisse «agacerait les députés.»

C’est un premier pas, il faut poursuivre. Les citoyens souhaitent qu’En Marche reste En Marche vers l’exemplarité, et poursuive sa marche vers la transparence.

Un peu de terre, une croix… Dans la simplicité, l’humilité…Dans un petit cimetière du Tarn, reposent des frères.

*Mr François Ruffin, est réalisateur, journaliste- activiste, aujourd’hui député F.I. Il a fréquenté le même établissement privé scolaire, sous tutelle Jésuite, que Mr Emmanuel Macron, président de la république, La Providence à Amiens.

**Alors le jour où on s’en va, combien ça peut coûter ? Frais d’obsèques :
Deux devis établis en Novembre 2016
Leclerc : 4371.47€
P.F.G : 4647.12 €  (PFG précise que des obsèques peuvent s’élever jusqu’à 8000 €)

À lire les articles de Caroline Piquet, sur le Figaro. (site), celui d’ Hadrien Mathoux sur Marianne. (deux journaux de tendance opposées)

L’Echo a appelé le député François-Michel Lambert à propos de ce sujet. Le député écologiste 2012 / 2017 et élu LREM depuis 2017 a découvert ce sujet dans la presse de la semaine dernière et il dit : «C’est la seule prime que je ne toucherai pas ! dit-il avec humour, il ajoute : « on pourrait parler des professions difficiles, qui ont des avantages qui viennent en compensation de certains sacrifices. Ce sont des avantages sociaux corrélés à une activité. Quand on est élu, on entraîne une famille dans quelque chose qu’elle ne veut pas. Les enfants, le conjoint sont mis en lumière, contre leur propre choix. On renvoie souvent les enfants à ce qu’a dit le père/la mère. Il y a des effets négatifs sur l’environnement familial, et c’est parfois pesant.

François Michel Lambert , Photo officielle, DR
François Michel Lambert , Photo officielle, DR

François Michel Lambert , Photo officielle, DR

Ici, une allocation, ça se justifie, ce type d’avantages se comprend, mais à ce niveau, c’est pousser trop loin. Une fois qu’on n’est plus député ou sénateur, cet avantage n’a plus lieu d’être, puisqu’il est corrélé à une activité. Il faudrait un débat des parlementaires sur le pourquoi de cette allocation funéraire, et pour en faire quoi, entre ce qui se justifie, (obsèques du parlementaire) et ne se justifie pas. (pour les proches).

Jean-Michel Lambert précise: «Attention, je ne me plains pas, mais il convient de mettre les choses au point : le montant de l’indemnité parlementaire a été fixé en juin 2002, et il n’a pas été augmenté depuis. C’est la seule indemnité en France qui n’a pas été augmentée depuis 16 ans, au contraire des indemnités des maires, élus, présidents de conseils régionaux, départementaux, ministres. Il faut rajouter qu’on subit la CSG comme tout le monde, contrairement à ce qui est raconté.»

Interview réalisée par téléphone le 22 mars 2018 14h09 MRN.

Et vous, l’avez-vous appris par la presse, par l’Echo du Canton ? Le saviez-vous, qu’en pensez-vous ? Vos réactions.

1 Comment

  1. Oui l’indemnité parlementaire est assujettie a la CSG … Mais, Francois-Michel, il faut arrêter de dire que les parlementaires « subissent » la CSG : ils contribuent comme tout le mode en échange des mêmes avantages sociaux que les autres contributaires …
    Quand à la compensation des inconvénients familiaux liés à la fonction, vous pouvez, Monsieur le Député, Ne PAS vous présenter si vous ne voulez pas subir ce type de désagréments… D’autres feront volontiers le travail a à votre place … sans s’attacher a percevoir de multiples petits avantages cachés…
    Enfin, sur l’indemnité parlementaire qui na pas été augmentée depuis 2002, mon salaire non plus ne l’a pas été ! Et l’indemnité étant fixée en relation avec l’indemnité des hauts fonctionnaires, le point d’indice étant gelé, il est tout a fait normal qu’elle soit restée au même niveau ! Les indemnités des maires étaient anormalement basses et non corrélées avec celles de la fonction publiques. Par ailleurs tous les maires sont vice-présidents de leur communauté d’agglomération ou de leur communauté de communes ou de leur métropole : cumul qui leur permet de se voter a eux-mêmes de confortables doubles indemnité au niveau qu’ils souhaitent au titre de ce second mandat !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*